ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique
ID.Privé
... votre actualité juridique, pratique et ludique !





Vacances - Ce qui a changé dans les habitudes des Français

Mis en ligne par ID Privé le 20/08/2020


Vacances - Ce qui a changé dans les habitudes des Français
En temps normal, les vacances sont un moment de détente, de respiration et de ressourcement. D’ailleurs, on "part" en vacances, comme s’il s’agissait avant tout d’un mouvement vers autre chose, pour retrouver ses lieux d’enfance ou au contraire de nouveaux horizons et de nouvelles expériences.

Cette semaine, Ipsos explore 
ce que la Covid-19 a changé (ou pas) dans les habitudes en vacances.

Contraintes et liberté
Premier constat, à l’exception des Relâchés à qui le masque pèse de plus en plus, les gestes-barrières font désormais partie de la panoplie anti covid-19 : ils sont devenus incontournables pour se protéger du virus et des autres.

Pour les Anxieux, se déplacer sans les respecter crée les conditions du risque maximum ; la distanciation sociale est devenue leur seconde nature et impose de drastiques changements d’échelle : "D’ordinaire, nous allons à la piscine, nous avons préféré cette année un lac".

Pour les Stratèges, ils aident à jongler entre contraintes et liberté : "On est restés chez nous plus que d'habitude, même si on est quand même partis en vacances quelques jours". C’est même avec une certaine ironie qu’il se voient accepter de suivre des queues étirées sur des dizaines de mètres pour acheter une glace ou multiplier les protections, quitte à se transformer en Anxieux : "Je n'arrête pas de me désinfecter les mains toutes les deux secondes : entre les magasins, les musées, les spectacles, les offices de tourisme…".


Vacances en famille
Deuxième constat, l’importance de la famille, avec qui plus des 2/3 de nos participants sont en vacances. Pendant le confinement, on avait vu les uns et les autres prendre plus de nouvelles et communiquer beaucoup plus qu’avant grâce aux technologies sans contact. Dans le monde "en contact" des vacances, le fait d’être en famille est assimilé à une sécurité, on se sent à la fois protégé de l’extérieur et rassuré parce que l’on sait que personne n’a été contaminé ; d’où des situations presque incongrues qui surprennent et amusent : "Je n'aurais pas passé une semaine de vacances avec mes frères et leurs enfants !". Les amis proches peuvent jouer le même rôle, "Je suis partie à quarante kilomètres de chez moi seulement, et cela pour camper dans le jardin d'une amie !". L’important, c’est de continuer à faire groupe, de reconstituer un cercle à la fois sanitaire et affectif.

Rattraper le temps perdu
Troisième remarque, cet été 2020 est l’occasion de rattraper le temps perdu, y compris dans une séquence écourtée, et toujours à l’égard des proches ou des amis : "Je profite de ces vacances pour voir principalement ma famille que je n'ai pas pu voir depuis Noël, notamment à cause du confinement".

Anxieux, Stratèges, Relâchés : qui va l'emporter ?
Depuis quelques jours, la France enregistre de nouvelles contaminations et plus de 9 000 communes imposent le port du masque. 
Il est encore trop tôt pour dire si la population des Anxieux va l’emporter sur celle des Stratèges et si les Relâchés vont se "ressaisir", de bon gré ou pas.

Toujours est-il que ces vacances 2020, plus statiques que mobiles, nous font penser à un récit écrit par Xavier de Maistre en 1794 : "J’ai entrepris et exécuté un voyage de quarante-deux jours autour de ma chambre. Les observations intéressantes que j’ai faites, et le plaisir continuel que j’ai éprouvé le long du chemin, me faisaient désirer de le rendre public. Mon cœur éprouve une satisfaction inexprimable lorsque je pense au nombre infini de malheureux auxquels j’offre une ressource assurée contre l’ennui, et un adoucissement aux maux qu’ils endurent. Le plaisir qu’on trouve à voyager dans sa chambre est à l’abri de la jalousie inquiète des hommes ; il est indépendant de la fortune."


Source >> IPSOS