ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique
ID.Privé
... votre actualité juridique, pratique et ludique !





Signal national d’alerte - 46% des personnes enquêtées ne connaissent ni le signal d’alerte ni les consignes

Mis en ligne par ID Privé le 24/06/2020


Signal national d’alerte - 46% des personnes enquêtées ne connaissent ni le signal d’alerte ni les consignes
Connaissance du signal national d’alerte, mise en pratique effective des consignes et accès à un lieu de mise à l’abri en zone urbaine : 3 "défis" mis en évidence dans une enquête récemment publiée.

Réalisée en 2018 sur l’agglomération rouennaise, cette 
enquête  porte sur la connaissance du signal national d’alerte et des consignes telles que décrites dans les documents officiels ainsi que sur les comportements réflexes possibles des populations en cas d’alerte. Elle s’intéresse aux résidents de la zone PPI ou aux personnes la fréquentant occasionnellement ou régulièrement. Un questionnaire complémentaire destiné aux responsables des ERP (équipements recevant du publics) privés et publics a permis de creuser la question de la mise à l’abri.

Les chiffres
> 19% des personnes connaissent à la fois l’alerte et les consignes.


> 24 % connaissent le signal d’alerte (sirène) mais n’associent pas de comportement.

> 46% ne connaissent ni l’un ni l’autre.

> Moins de 20% des enquêtés font le lien entre le signal d’alerte et les consignes

> 60% des responsables d’ERP ou de sécurité ne laissent pas entrer les personnes situées à l’extérieur dans leurs établissements en cas d’alerte.


Les enseignements saillants

- Les résultats de cette enquête mettent en évidence l’absence de réflexes normés tels que prescrits par les autorités alors que, dans les exercices de crise, le scénario le plus souvent joué est celui de populations qui se comportent selon les procédures transmises lors des campagnes d’information.

- Cette enquête constate une variété de comportements déclarés au moment du déclenchement d’une alerte. Ainsi, au-delà de la simple connaissance des consignes, leur mise en pratique reste un défi. Elles sont parfois mal comprises ou pas adaptées.

- Alors que la conduite à tenir est principalement la mise à l’abri dans le bâtiment le plus proche, cette consigne n’est pas réaliste en milieu urbain non équipé en abri refuge. Dans ce contexte, l’accueil dans les ERP (publics et privés) est un enjeu qui n’est aujourd’hui pas identifié.


Des pistes de travail
- Démultiplier les moyens d’alerte

- Un programme de formation auprès des personnels de sécurité et des responsables des ERP.

- Un diagnostic sur les zones refuges et de mise à l’abri présentes sur les territoires à risques industriels afin d’évaluer la cohérence de la consigne avec les capacités d’accueil du territoire.

- La création d’un statut de personnes référentes de sécurité civile pour les agents de sécurité ou responsables d’ERP

Source >> 
AMARIS