ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique



Précarité menstruelle : combien coûtent les règles dans la vie d’une femme ?

Mis en ligne par ID Privé le 03/07/2019


Les sommes dépensées en hygiène pour les menstruations pèsent fortement sur le budget de dizaines de milliers de femmes les plus précaires.
 
Après avoir été tabou pendant des siècles, la question des règles fait peu à peu son apparition dans la sphère politique. Au 1er janvier 2016, la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) a été baissée à 5,5 % sur les protections périodiques, alors qu’elles étaient jusqu’à présent taxées à 20 %, autant que les produits de luxe. En 2018, l’Ecosse est allée plus loin en distribuant gratuitement ces produits d’hygiène aux écolières et étudiantes  - une initiative qui devrait être expérimentée prochainement dans les écoles, hôpitaux ou prisons en France pour lutter contre la "précarité menstruelle".
 
 
500 fois dans une vie
La question est loin d’être anecdotique. Bien que les situations personnelles varient, les premières règles apparaissent généralement entre 11 et 14 ans (13,1 ans d’âge médian) et se poursuivent jusqu’à la ménopause, qui survient entre 45 et 55 ans, avec une médiane autour de 51 ans.  Les femmes ont donc leurs règles durant trente-neuf ans - soit, avec des cycles de 28 jours en moyenne, jusqu’à environ 500 fois dans une vie. En France, l’ensemble des femmes de 13 à 51 ans correspond à 15,5 millions de personnes, soit près d’un quart de la population totale en 2018.
Combien coûtent les règles pour chacune de ces femmes ? Et pour combien d’entre elles cette dépense est-elle un fardeau ? En l’absence d’études françaises sur le sujet, nous avons tenté d’établir des estimations.
 
 
Des fourchettes de dépenses très variées
Il n’existe pas de chiffre officiel ou indiscutable en France, et des estimations très diverses circulent. Fanny Godebarge, présidente de la plate-forme d’information Cyclique,  consacrée aux règles, explique que "le coût fluctue en fonction de la quantité de sang perdu et de protections utilisées par mois, des périodes d’aménorrhée (grossesse, maladie, utilisation de la pilule en continu), mais aussi du prix des soins gynécologiques et des médicaments, des médecines alternatives (ostéopathie, acupuncture) des sous-vêtements et linges tachés, des protections périodiques choisies…"
 
 
1 730 euros ou 21 500 euros ?
Au Royaume-Uni, la question des menstruations a été davantage médiatiséeLe Guardian, quotidien de référence, y a consacré pas moins de 126 articles au sein d’une rubrique spécifique. Mais les estimations restent très variables :
  • la BBC a publié en 2017 une calculette  du coût des protections périodiques, qui aboutit à un coût moyen de 1 550 livres (1 730 euros) pour une femme tout au long de sa vie ;
  • une association britannique, Bloody Good Period, qui collecte des tampons et serviettes pour les femmes dans le besoin, avance une estimation de 4 800 livres (5 360 euros) - contactée, elle n’a pas répondu à nos demandes de précisions sur la méthode de calcul ;
  • en 2015, plusieurs médias, y compris français, ont repris une "étude britannique" qui estimait qu’avoir ses règles coûtait18 500 livres sterling dans la vie d’une femme (soit 23 000 euros à l’époque, et 21 500 euros aujourd’hui). Il s’agissait en réalité d’un sondage réalisé auprès de 2 300 internautes pour un site de bons de réduction, VoucherCodesPro.co.uk, dans lequel les personnes interrogées estimaient leurs dépenses, en additionnant protections hygiéniques, sous-vêtements et antidouleur, mais aussi l’achat de "chocolats, gâteaux et chips" et de "magazines, DVD ou autres". Le mélange des genres entre dépenses nécessaires et de confort a tendance à nuire au propos.
 
 
Comment a été réalisée l'estimation
Les journalistes du Monde ont donc tenté de réaliser leurs propres estimations, en s'inspirant de la calculatrice de la BBC, adaptée à la situation française. Voici ce qu'ils ont inclu dans le calcul :
  • pour la plupart des femmes, les règles durent entre deux et huit jours - cinq en moyenne, selon le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) ;
  • les fabricants (TampaxNanaNett …) recommandent de changer de protections toutes les trois à six heures, et surtout de ne pas porter un tampon plus de huit heures d’affilée pour éviter le syndrome du choc toxique, une affection rare mais potentiellement mortelle ;
  • pour en connaître le prix moyen, nous avons recoupé les données du marché pour 2018 (selon l’hebdomadaire spécialisé LSA) et les prix pratiqués par un supermarché en ligne. Nous avons restreint nos calculs aux serviettes hygiéniques et tampons, que l’on achète tous les mois, mais il existe d’autres solutions durables après un investissement de départ : cup menstruelle (environ 15 euros) ou éponges, serviettes lavables (de 15 à 20 euros pièce), culottes menstruelles  (environ 30 euros) ;
  • les femmes ayant des règles douloureuses (dysménorrhées) ont recours à des médicaments antidouleur ou antispasmodiques, dont certains sont mal remboursés (15 % pour le Spasfon), alors que d’autres sont souvent pris en automédication et donc non remboursés.
Ils se sont fondés sur ces estimations pour réaliser la calculatrice que vous retrouverez au lien ci-dessous  (voir la suite de l'étude…)


Le Monde - Article complet - 2019-07-02

 



Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 87






Les dernières informations de
l'Institut National de la Consommation...






Bénéficiez gratuitement de tous les services de ce site. Indiquez votre adresse mail ci-dessous...

Retrouvez vos informations sur...



Les derniers articles les plus lus...