ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique
ID.Privé
... votre actualité juridique, pratique et ludique !





L’enseignement professionnel souffre encore d’un manque de considération tout en disposant d’atouts fondamentaux

Mis en ligne par ID Privé le 18/11/2020


L’enseignement professionnel souffre encore d’un manque de considération tout en disposant d’atouts fondamentaux
Victime de l’aspiration des parents à un accès à l’enseignement supérieur pour leurs enfants,  l’enseignement professionnel peine à convaincre
La primauté de l’enseignement général et technologique est profondément ancrée dans les représentations des parents et constitue un choix par défaut

72% des parents privilégient pour leurs enfants une orientation vers l’enseignement général et technologique, ils sont même 83% chez les CSP+. Signe possible d’une inflexion de ce phénomène, seulement 51% des 25-34 ans partagent cette idée de privilégier  l’enseignement général et technologique contre 76% chez les plus de 35 ans.

Les raisons qui font que les parents n’envisagent pas de mettre leur enfants dans l’enseignement professionnel s’articulent autour de trois dimensions principales:


o    Tout d’abord la primauté du choix de l’enfant, c’est son choix ou encore cela ne correspond pas à son désir
o    En second lieu, la question des débouchés et notamment de l’accès à l’enseignement supérieur
o    Enfin les limites supposées de l’enseignement professionnel, notamment en matière de perspectives professionnelles
…alors même qu’en dehors de l’effet d’aspiration vers l’enseignement supérieur, la voie professionnelle semble aux parents receler de nombreux atouts


La voie générale dispose d’un atout clé aux yeux des parents: 55% pensent qu’elle permet davantage d’accéder à l’enseignement supérieur… Ce sésame présumé provoque un profond phénomène d’aspiration vers l’enseignement général et technologique alors même que les parents attribuent à l’enseignement professionnel de nombreux atouts. Ainsi il permet davantage :
o    D’intéresser et motiver les jeunes pour 39% des parents (contre seulement 7% pour l’enseignement général et technologique)
o    De trouver un emploi (34% contre 6%)
o    De révéler les compétences des jeunes (33% contre 7%)
o    Ou encore d’exercer des responsabilités dans sa vie professionnelle (19% contre 17%)
 
L’enseignement professionnel souffre encore d’un manque de considération tout en disposant d’atouts fondamentaux
Le consensus autour de l’enseignement professionnel ne résiste pas à la réalité de la concurrence avec l’enseignement général et technologique….qui sans réel atout intrinsèque, propose des perceptives jugées supérieures
  • Apprécié pour lui-même, les parents attribuent très majoritairement de très nombreux atouts à l’enseignement professionnel. Il est ainsi jugé comme proposant:
o    Des débouchés professionnels, 95%
o    Des diplômes reconnus par les entreprises, 92%
o    Un enseignement qui redonne confiance aux jeunes, 92%
o    Un enseignement de qualité, 91%
…mais cependant, les parents sont moins enthousiastes quant il s’agit de considérer d’une part la capacité de l’enseignement professionnel à offrir des possibilités de poursuivre des études, 77% et d’autre part à constituer une voie d’excellence (69%, avec uniquement 19% partageant tout à fait ce point de vue).

De la même manière les parents partagent très largement nombre d’opinions positives sur l’enseignement professionnel. Il apparait ainsi :

o    Pour 89% des parents comme permettant à de nombreux jeunes d’être performants ou encore être plus épanouis
o    Pour 81%, comme ouvrant sur des métiers d’avenir

Mais là encore, de nombreuses représentations (confirmées ou non par la réalité) lui sont attachés et compromettent son développement. 83% des parents déclarent en effet que l’enseignement professionnel n’est quasiment jamais proposé aux meilleurs élèves, 80% qu’il est mal considéré en France, 68% que les jeunes dans cet enseignement sont ceux qui ne s’en sortaient pas dans l’enseignement général et enfin, ils ne sont que 61% à penser qu’il couvre toutes les filières professionnelles.

SONDAGE BVA  POUR L’APPEL
Sondage réalisé du 07.10.2020 au 12.10.2020