ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique



Incendie de Notre-Dame : le rapport de l’Ineris est paru

Mis en ligne par ID Privé le 28/11/2019


Incendie de Notre-Dame : le rapport de l’Ineris est paru
Ce rapport présente les résultats de simulations de la dispersion du panache des fumées de l’incendie de Notre Dame, qui a eu lieu le 15 avril dernier.

Il présente les hypothèses selon lesquelles une partie du plomb présent dans la toiture et la flèche de la cathédrale aurait pu se trouver emporté dans ce panache, sous forme de fines particules d’oxydes de plomb qui se seraient dispersées à des distances s’étendant de 800 m à 50 km de la source.

Il est important de rappeler que les retombées dans la zone aux alentours de la cathédrale, imputables aux impacts locaux du sinistre provoqués par les nombreux effondrements de grosses structures (morceaux de charpente, éléments métalliques, pierres de voute…), ne sont pas considérées dans cette étude. En effet, ces effondrements, les foyers d’incendie locaux ou secondaires et la forte turbulence de l’écoulement aux environs immédiats du foyer sont bien susceptibles d’avoir engendré de fortes émissions de plomb au niveau du sol près de l’édifice, mais leur nature locale et très spontanée ne permet pas d’assimiler leur comportement à celui d’un panache de pollution qui se disperserait dans l’atmosphère.
De fait, les dépôts à proximité de Notre Dame qui ont fait l’objet des premières campagnes de mesure menées par l’ARS ne peuvent pas être modélisés par l’approche développée dans cette étude.

L’objectif de l’étude de modélisation était de qualifier les zones de retombées du plomb potentiellement présent dans le panache, de façon à affiner un plan de prélèvement et de surveillance.

Des incertitudes importantes existent sur les quantités de plomb ainsi dispersées et sur le profil granulométrique des particules ; aussi plusieurs scénarios de retombées ont été étudiés pour disposer d’une représentation enveloppe du phénomène. Selon les simulations réalisées, le panache simulé s’étire sur un axe reliant l’Ile de la Cité à Mantes-la-Jolie.

Au niveau de l’agglomération parisienne, le panache impacte la pointe nord du VIe arrondissement, le VIIe, le nord du XVe, et le XVIe. Ces arrondissements constituent la zone de plus fortes retombées, quel que soit le scénario considéré, avec un gradient décroissant du centre vers la périphérie de la ville. A la sortie de Paris, le panache de l’incendie subit les effets du relief, liés à la vallée de la Seine. Les retombées s’étendent jusqu’à Mantes-la-Jolie, à près d’une cinquantaine de kilomètres de la source.


INERIS - Rapport complet - 2019-11-27
 



Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 24






Les dernières informations de
l'Institut National de la Consommation...






Bénéficiez gratuitement de tous les services de ce site. Indiquez votre adresse mail ci-dessous...

Retrouvez vos informations sur...



Les derniers articles les plus lus...