ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique
ID.Privé
... votre actualité juridique, pratique et ludique !





Des parents utilisateurs de la voiture qui aimeraient toutefois bien s’en passer.

Mis en ligne par ID Privé le 15/09/2020


Des parents utilisateurs de la voiture qui aimeraient toutefois bien s’en passer.
84% des parents qui utilisent surtout la voiture pour les trajets domicile - école aimeraient toutefois réduire cet usage.

Et ce principalement pour moins polluer (53%), argument de poids au regard de leur forte préoccupation sur la pollution de l’air à laquelle sont exposés leurs enfants. Ils citent toutefois d’autres arguments convaincants, liés au bien-être (moment plus agréable à passer avec son enfant - 40% -, être moins sédentaire et remplacer la voiture par un mode de transport plus physique - 28%), mais aussi des motivations pratiques (économies financières - 39% -, ne pas perdre de temps pour se garer - 24%).

A l’inverse, ceux qui ne souhaitent pas se passer de la voiture pour les trajets domicile - école se justifient surtout par des considérations pratiques, estimant que la voiture est le moyen de locomotion le plus rapide et le plus pratique - respectivement 37% et 36% -, et arguant du fait qu’ils l’utilisent ensuite pour se rendre au travail - 36% -.


Un contexte récent qui a plutôt favorisé l’usage de la voiture à la place des transports en commun mais des désirs de changement pour une mobilité douce.
22% des parents déclarent avoir changé de mode de transport pour les trajets domicile-école suite aux derniers événements de fin d’année 2019 - début d’année 2020 (grèves, Covid-19).

Ces parents ont abandonné les transports en commun (27% avant, seulement 13% maintenant) et se sont davantage tournés vers la voiture (45% aujourd’hui versus 38% avant), mais aussi un peu plus vers la marche à pied (17% versus 9% avant) ou la trottinette (12% versus 5%).

18% n’ont pas encore changé et envisagent de le faire prochainement et ceux-ci expriment leur désir d’abandonner la voiture et de se tourner vers des modalités plus douces et à dominante individuelle comme le vélo (33% souhaitent adopter le vélo pour les trajets domicile-école versus 5% aujourd’hui), la marche (24% versus 16%) ou la trottinette (9% versus 1%).


Des parents largement favorables au principe des rues scolaires.
87% des parents (quel que soit l’âge ou le degré de scolarité de leurs enfants) indiquent être favorables au principe d’une rue scolaire autour de la crèche ou l’établissement scolaire de leur(s) enfant(s), dont même 47% se disent très favorables. Une rue scolaire permet la réduction de la circulation automobile aux abords de l’école de façon temporaire (fermeture des rues aux abords de l’école ou de la crèche aux heures d’entrée et de sortie des enfants). Pour ces soutiens, les principaux arguments en faveur des rues scolaires sont l’accroissement de la sécurité (59%) et la réduction de la pollution (38%), ainsi que la plus grande convivialité offerte.

Pour les quelques détracteurs, une rue scolaire est gênante pour les riverains (32%), et ne peut être mise en place dans une rue trop fréquentée (25%). En outre, environ 1 opposant sur 5 ne croit pas aux bénéfices en termes de réduction de la pollution ou amélioration de la sécurité, et une proportion quasi équivalente ne peut pas se passer de la voiture et veut pouvoir se garer près de l’école.


Source >> HARRIS INTERACTIVE / UNICEF
Enquête réalisée en ligne du 24 au 31 août 2020. Échantillon de 536 répondants, parents d’enfants en crèche ou scolarisés à l’école maternelle, à l’école primaire ou au collège, résidant dans une agglomération d’au moins 100 000 habitants.