ID Privé - Votre actualité privée, pratique, juridique et ludique



Bilan d’un an des 80 km/h : le CIE émet ses inquiétudes

Mis en ligne par ID Privé le 13/08/2019


Bilan d’un an des 80 km/h : le CIE émet ses inquiétudes
Depuis le 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée a été abaissée à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central du réseau secondaire. La justification se voulait incontestable : réduire chaque année de 400 le nombre des tués sur l’ensemble des routes de France.

À l’issue du Conseil national de Sécurité routière réuni le 9 juillet dernier, les services de l’État ont cru pouvoir affirmer que la mesure aurait permis de réduire le nombre des tués de 206 entre le 1er juillet 2018 et le 30 juin 2019. Mais pas par rapport aux douze mois précédents, contrairement à l’usage statistique constant ! Ce qui change tout.

Au sommaire
- Des méthodes d’évaluation qui varient en fonction des résultats souhaités
- Une manipulation des chiffres pour justifier à tout prix une mesure aussi inefficace en termes de sécurité que coûteuse économiquement ?
- Les Départements doivent disposer de données locales précises et objectives pour décider sereinement de la sécurité sur leurs routes

Or, les Conseils départementaux, pour décider des vitesses maximales les plus appropriées au réseau dont ils ont la charge, devront disposer d’éléments incontestables leur permettant de vérifier de façon fine et fiable l’efficacité réelle de la limitation à 80 km/h pendant l’année écoulée. Surtout dès lors que certains responsables nationaux menacent de faire porter sur les épaules des élus la responsabilité de tout accident qui se produirait à l’avenir sur les routes revenues à 90 km/h, indépendamment de ses causes…

"Nous demandons donc instamment aux services de l’État que soient transmises aux élus comme au CIE non pas des données globales par réseaux (comme cela est le cas dans les rapports du CEREMA - Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), mais celles relatives aux tronçons concernés par la mesure, tant avant que depuis l’application des 80 km/h. Car la méthode employée par la Sécurité routière, qui inclut notamment dans le réseau impacté par les 80 km/h des sections à deux fois deux voies limitées à 110 km/h et celles restées à 90 km/h, voire à 70 ou 50 km/h, ne garantit pas suffisamment la transparence, la rigueur et l’honnêteté des informations que le citoyen est en droit d’attendre de l’autorité publique" conclut Jean-Luc MICHAUD.


40Millions d'automobilistes  - Communiqué complet- 2019- 07-24

 



Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 43






Les dernières informations de
l'Institut National de la Consommation...






Bénéficiez gratuitement de tous les services de ce site. Indiquez votre adresse mail ci-dessous...

Retrouvez vos informations sur...



Les derniers articles les plus lus...